infos

Ce collectif réunit depuis 2012 les sympathisants et associations qui souhaitent la préservation, la restauration des sites impactés et le retour au lac naturel, après la compétition du championnat du monde d'aviron. Il s'est déroulé en 2015 mais notre but se poursuit.

Pourquoi faire un don ?
Toutes les explications sur notre page spéciale ICI

Retenez notre adresse : www.soslac.com

mercredi 30 juillet 2014

RNR : UN DIMINUTIF À INTÉGRER

RÉSERVE NATURELLE RÉGIONALE DU LAC D'AIGUEBELETTE !
La Région Rhône-Alpes s'intéresse de près à notre environnement local. La preuve : depuis plusieurs années, elle a concocté un projet de classement du lac, de ses rivages, et montagnes afin de mettre en oeuvre une protection renforcée de la nature, par des moyens nouveaux de surveillance,  d'entretien, une réglementation spécifique supplémentaire, etc... 
Il ne s'agit pas de figer le lieu puisque les activités traditionnelles ne se verront en théorie pas modifiées.
Il va de soi que les aspirations de notre collectif sont en concordance avec ce projet sous réserve d'amélioration. VOIR notre déposition à la consultation, pour mémoire.

Après la première phase de consultation publique de début d'année, voici qu'arrive la livraison du bilan de cette consultation associée au projet de règlement de la future RNR portant les modifications qui ont été apportées au 1er projet. VOIR sur le site Rhône-Alpes.
Le périmètre des terrains pressentis va maintenant devoir être confirmé par tous leurs propriétaires qui, volontairement, pourront donner leur accord définitif ou non pour intégrer la Réserve. 
Cette Réserve pourrait prendre place dès la fin 2014.

Nous notons que pour la 1ère fois, un écrit "contractuel" serait envisagé pour limiter à 2 compétitions par an l'utilisation du nouveau bassin d'aviron... ! La Région viendrait-elle sonner à la porte ?

vendredi 25 juillet 2014

LAC NATUREL... NON ! BASSIN TECHNIQUE

Le Conseil Général obtient l'autorisation de détruire 110m2 d'herbier de plantes protégées... celui là dont les associations ont du prouver l'existence alors niée effrontément par les mêmes organisateurs. 
VOIR NOTRE INFO de septembre 2013.

Dès lors, après avoir fait des annonces faisant bonne figure sur l'excellence environnementale promise, les concepteurs du bassin d'aviron ont largement communiqué sur toutes les mesures qu'ils mettaient en oeuvre pour protéger l'herbier de Novalaise-plage.
Pourtant, des paroles aux actes...!!!! : un nouvel arrêté a été demandé pour obtenir la permission de détruire 110m2 de plantes protégées. VOIR l'arrêté du 3 juin 2014 et annexes.

Selon plan du dossier CG73: l'herbier en vert
Un saccage de plus est donc en gestation. Le lac naturel doit toujours s'adapter à l'aviron et non le contraire...
Dernière minute : les associations ont déposé un recours gracieux auprès du Préfet pour demander l'annulation de cet arrêté. Le jugement du 24 juin ayant invalidé les actes auxquels se réfère cet arrêté, il est en conséquence rendu caduque. Attendons  !

mercredi 16 juillet 2014

16 MAI : LA COSMÉTIQUE PUBLIQUE DES ORGANISATEURS


voir le dossier complet
Un florilège marketing impressionnant... Quand on connaît la vérité.
Rappel : le Tribunal a jugé que l'étude d'impact était très insuffisante. Les affirmations de ce dossier sont donc à l'évidence bien loin de la réalité. 
Vous qui avez suivi toutes les démarches que nous, associations et volontaires, avons du initier pour exiger le sauvetage de l'herbier protégé, toute cette énergie que nous avons du déployer pour que soit prise en compte la zone des palafittes, toutes nos démonstrations, photos et vidéos, des suivis de chantiers calamiteux, l'éradication d'une zone sauvage de côte, les promesses non tenues, etc..... 
Le passage sur "l'excellence environnementale" mis en exergue par les organisateurs va vous faire de l'effet, ça c'est sûr ! 
De qui se moque-t'on ?

PAGE 10 du dossier on y lit :
Des procédures respectées
Le projet s’inscrit intégralement dans le respect des réglementations et des procédures légales. 
Ainsi, en février 2013, l’autorité environnementale, la DREAL (Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement) a émis un avis positif au sujet des incidences du projet sur l’environnement.
Pour prendre sa décision, elle s’est appuyée sur 
l’étude d’impact, menée par le cabinet Epode, qui a évalué les conséquences de la création du nouveau bassin et du bâtiment de chronométrage. Le travail d’expertise d’Epode a également inclus l’étude d’incidence Natura 2000 (le lac étant classé Natura 2000) et l’étude d’incidence par rapport à la Loi sur l’eau.
Un mois plus tard, c’est la DRAC (Direction régionale des affaires culturelles de Rhône-Alpes) qui donnait un avis favorable sur le projet vis-à-vis de la protection du patrimoine archéologique du lac, notamment à propos du site palafittique du Gojat.
Puis, entre le 2 avril et le 2 mai 2013, une grande enquête publique a été menée. Durant cette période, le public a eu accès à l’étude d’impact du cabinet Epode puis début juin 2013, le commissaire enquêteur donnait son avis : favorable.
Enfin, comme il s’y était précédemment engagé, le Département a financé une expertise complémentaire des herbiers de Naïades, des plantes aquatiques protégées en région Rhône-
Alpes dont la présence n’avait pas été relevée lors de la première étude d’impact. Le bureau Gestion des Espaces Naturels Tereo s’est chargé de mener cette seconde étude entre septembre et octobre 2013. C’est à cette occasion que la présence des deux espèces de Naïades (Najas marina et Najas minor) a été relevée :
- à proximité de l’implantation du ponton secondaire,
- sur l’emprise de l’extension du ponton principal.
Le Département de Savoie a donc déposé un dossier de demande de dérogation à l’interdiction de destruction des espèces protégées auprès de la DREAL qui devrait rendre son avis prochainement. Toutefois, grâce aux mesures d’évitement qu’il a préconisées et qui seront mises en place, le cabinet Tereo conclut que la destruction potentielle prévisible de l’ordre de 50 m2 cumulés de l’herbier de Naïades, correspondant à près de 1,1 % de sa superficie, ne remet pas en cause la survie de l’espèce sur le lac. En effet, cela équivaudrait à 0,4 % de la superficie totale des herbiers présents au sein du lac d’Aiguebelette. L’impact de l’organisation de ces manifestations est donc non significatif.
Ainsi, aussi bien les instances administratives que les bureaux d’experts qui ont mené les études environnementales ont conclu que l’organisation des Championnats du monde 2015 respectait le caractère naturel du lac.

vendredi 11 juillet 2014

SUR LA PLAGE ABANDONNÉE...

Les confidences des acteurs commerciaux du tourisme à Aiguebelette se révèlent doucement.
Evidemment, ils ne peuvent se déclarer publiquement.  
Mais nous pouvons en parler pour eux... La Coupe du Monde de fin juin a été un fiasco commercial !

D'abord confiants sur les promesses du Conseil Général, fortement relayées par les élus locaux qui y ont cru aussi, nos commerçants attendaient la grande affluence des 42000 spectateurs annoncés et un chiffre d'affaires boosté par cette super animation locale et toute la publicité de l'évènement. 

Ce fut le flop ! Les villages ont été désertés des touristes et visiteurs qui ont l'habitude de venir nombreux en week-end autour du lac. Résultat : les ventes et la consommation ont été plombées. 
Pour les commerces touristiques du bord du lac, ce fut moins bien que leur activité normale.
Alors que penser des chiffres hallucinants qui sont annoncés pour le Championnat du monde de 2015 ? 
6000 spectateurs par jour (5 ou 6 jours) paraît-il, selon les organisateurs.. Pensons que les 2 plages de Pré-argent et Bon Vent seront FERMÉES dès DÉBUT AOÛT 2015... En pleine saison !

NB. Ce point n'est pas fait pour discréditer l'aviron mais pour démystifier la propagande des organisateurs. 

samedi 5 juillet 2014

L'IMPERTURBABLE AVEUGLEMENT

Bassin illégal, constructions illégalement réalisées :  la preuve est faite que ce bassin instrumenté a été construit sur base de graves négligences.
Après le verdict du Tribunal Administratif de Grenoble donnant raison aux associations et prononçant, l’illégalité des installations du nouveau bassin d’aviron sur le Lac d’Aiguebelette, nous aurions pu nous attendre à ce que les promoteurs de ce projet révisent leurs positions, et se déclarent ouverts au dialogue.
Les premiers signes donnés ne s’inscrivent pas du tout dans cette logique. Le communiqué de presse du Conseil Général qui a suivi ce jugement attribue ce verdict à quelques points de détails qu’il serait facile de régulariser. Comme si les tribunaux avaient l’habitude d’agir avec une telle légèreté.... 
Toujours est-il que les organisateurs continuent imperturbablement, avec les mêmes moyens : propagande, falsification de la vérité, passage en force, dénigrement des contestataires, et politique du fait accompli. 
Et toujours ce mépris des gens qui est de plus en plus insupportable.
Si personne ne peut raisonner cette poignée de jusqu’au-bout-tistes, on risque aller vers des catastrophes majeures avec un championnat du monde compromis.
Iceberg, droit devant !
Mais il semble que les organisateurs préfèrent couler le navire plutôt que d’admettre qu’il ne va pas dans la bonne direction.

Nous, on continue! 




mardi 1 juillet 2014

GASPILLAGES ET POUDRE AUX YEUX !

La promesse de notoriété apportée par les compétitions d'aviron, associée à une potentielle manne économique pour le lac d'Aiguebelette ne viendra pas par ce biais là.
La confirmation est arrivée lors de la Coupe du monde qui vient de se tenir.
Au plus fort des épreuves de finale de la Coupe du monde de ce 22 juin, seulement environ 500 à 600 personnes y assistaient sur la plage de pré-argent, comme on peut le voir sur les photos tirées de vidéo officielle ou de la presse.
Quel confort pourtant ! plages annexées, les pieds dans l'eau, des installations sur mesure, le beau temps, tout pour passer à la télé et.... même pas de manif du collectif : des conditions idéales. 
Les organisateurs ont claironné leurs 2500 spectateurs. Il s'agit vraisemblablement du public total pour 5 jours d'évènement.
En tout cas, les 42000 attendus, selon ce qui a été dit lors de la réunion du 2 juin dernier, nos commerçants les attendent encore.

L'audience du direct de France 3, également, a été décevante pour la chaîne. Voir document.
Quant aux parkings de Pré-argent et de la rive Ouest proches, ils n'avaient jamais vu une telle désertification en plein week-end caniculaire et ensoleillé de fin juin.
Les touristes n'avaient que le choix de s'entasser sur d'autres plages et de se contenter de la rive Est côté montagne (dangereuse ? Uniquement pour le "public trop nombreux d'aviron", voyons !).

Investissement d'énormes budgets publicitaires par les organisateurs : articles de presse, affichages grand format dans les grandes villes, annonces TV, promotion avec force vidéos professionnelles et interviews sur les radios, internet, etc...  Tout ça pour ça ? 

Les manifs du collectif SOS LAC, appelées sans budget, sans fanfares : au bout du compte, QUEL SUCCÈS !!! 
On va monter des évènements, non ? Le championnat du monde l'an prochain, va falloir qu'on vienne grossir les effectifs.