infos

Ce collectif réunit depuis 2012 les sympathisants et associations qui souhaitent la préservation, la restauration des sites impactés et le retour au lac naturel, après la compétition du championnat du monde d'aviron. Il s'est déroulé en 2015 mais le but est toujours d'actualité. La justice est saisie.

Pourquoi faire un don ?
Toutes les explications sur notre page spéciale ICI

Retenez notre adresse : www.soslac.com

mercredi 4 octobre 2017

2017, 3 OCTOBRE...AUDIENCE

Madame le rapporteur public a largement détaillé les illégalités des constructions qui ont bénéficié néanmoins d'autorisations.
Elle a donc requis de faire valoir le droit, afin que les protections existantes soient enfin respectées.
Soulignant que les associations étant agréées pour défendre l'environnement (ce qu'elles font consciencieusement) telles AAPPMA, FRAPNA, LPO, FAPLA, ACCA, subissaient des conséquences financières doubles, pour porter en justice, d'abord, et subir ensuite les punitions financières des collectivités. 

Madame le rapporteur public a demandé aux juges de prononcer les démolitions du bassin et ses constructions et remise en état du site.

Le jugement devrait être rendu  d'ici à 3 semaines.

4 commentaires:

  1. Bonjour,
    Tout ceci est bien dommage. La construction et les démolitions coûteront à la collectivité publique (donc à tous). Un terrai d'entente n'aurait il pas été plus approprié afin d'éviter ces extrémismes ?
    Dans les démolitions à venir, la piste cyclable, les aménagements routiers ...en font -ils partis ? Les nouvelles frayères aussi ? Si oui, encore plus dommage !
    Conclusion de cette histoire, beaucoup de "perdants" et peu de "vainqueurs" , une tension permanente sur, autour du lac, ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dommage oui et non, d'une des constructions illégales devraient rester ? Non si vous vous faites des constructions illégales on vous les fait démolir et vous prenez une amende, par contre dans l'idéal c'est ceux qui ont fait ces erreurs et uniquement eux qui devraient payer ! Mais ça dans un monde idéal... Quand au vainqueur ça sera le lac, sa faune, sa flore, çà on ne peut que s'en féliciter ! Regrettable que les perdant n'assument pas leur entière responsabilité oui, mais de la part d'élus on ne s'étonne plus !
      Sachez que dans les nouveaux aménagements comme la piste cyclable vous ne la devez en aucun cas au nouveau bassin, elle était promise et convenue pour les championnats de 1997 alors... Promesse promesse... Parole d'hommes politique...

      Supprimer
    2. Les nouvelles frayères? Contrairement aux élus les poissons ne se déplacent pas au gré des élections et des aléas politiques d'un fauteuil à l'autre.Il paraît qu'il n'y a pas eu de perchots cette année ...ce qui veut dire pas de frai...mais ce que j'en dit c'est juste une petite hypothèse perso

      Supprimer
  2. Vous avez bien raison. Nous avons tout tenté pour que la compétition de 2015 soit organisé sur des installations provisoires. Le coût aurait été mineur, la compétition tout aussi belle et la fête identique. La nature et les usagers auraient été satisfaits, etc... Nous n'avons pas été entendus. Le Département a voulu imposer son projet, malgré tout. Orgueil peut-être ? En tout cas, la légalité n'est pas au rendez-vous et il est normal que les promoteurs de projets mal construits en paye les conséquences. Nous attendons le jugement définitif et continuerons à défendre le lac d'abord. Il n'a pas de prix.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont autorisés. Ils sont publiés sous la responsabilité de leurs auteurs. Tout propos considéré diffamatoire, insultant ou irrespectueux sera soumis à la modération du collectif et pourra être retiré.
Les publications doivent être en rapport avec le sujet défendu par le collectif et ne pas porter de jugements de valeur sur des personnes.
Pour signer votre message, en dessous de la boîte de saisie, un menu déroulant permet de choisir votre profil. Si vous n'avez pas déjà un profil listé, choisissez Nom/Url et inscrivez votre prénom/nom sans mettre d'URL. Merci.