infos

Ce collectif réunit depuis 2012 les sympathisants et associations qui souhaitent la préservation, la restauration des sites impactés et le retour au lac naturel, après la compétition du championnat du monde d'aviron. Il s'est déroulé en 2015 mais le but est toujours d'actualité. La justice est saisie.

Pourquoi faire un don ?
Toutes les explications sur notre page spéciale ICI

Retenez notre adresse : www.soslac.com

samedi 26 mars 2016

LE PRINTEMPS D'AIGUEBELETTE ???? !!!!

Le 12 janvier dernier, nous vous informions des suggestions précises que nous allions discuter avec les services du Département le 18 suivant. REVOIR le POST
Nous avions déjà abordé nos propositions lors de la rencontre précédente le 5 novembre 2015.
Reconnaissez que nous avons de la suite dans les idées, puisque nous avons émis des hypothèses d'aménagement en zone d'arrivée Est dès 2012, nous plaignant, d'ailleurs, que ces alternatives là, n'aient pas fait partie d'étude sérieuse lors de l'enquête publique de 2013. 
A l'époque, cela laissait penser que ce fut volontairement écarté pour ne promouvoir que le projet de bassin Ouest présenté comme merveilleux. Vous trouverez les traces de l'histoire en fouillant sur notre site internet.

Nous défendons depuis lors, l'intérêt du retour au bassin Est intégral pour plein de raisons, toutes très justifiées, car la tenue des championnats aurait pu se faire sur un bassin Ouest éphémère. 
proposition d'accroches câbles sur pontons amovibles 
Ce 21 mars, lors de notre rencontre tripartite, nous avons donc conceptualisé un peu plus encore ce projet : sortir 6 tourets du marais pour les exporter sur des pontons amovibles à bloquer sur 3 pieux lacustres.
Il s'agirait de remettre en service toutes les lignes d'eau (10) tout en améliorant encore le dispositif que le Département a conservé pour les 4 lignes d'eau actuelles qui laissent le marais partiellement occupé.
VOIR image ci-contre. Ce scénario est crédible et techniquement réalisable.
Le bassin serait en compatibilité totale avec toutes les activités aviron et doté d'une intégration plus douce à l'environnement et au patrimoine.

Ce schéma sera donc inclus à un "dossier d'intention" pour lequel nous cheminons avec les services techniques du Département et la CCLA. 

D'autres scénarios seront inclus concernant des plateformes ou tribunes potentiellement placées en bas de la route Est et sur l'esplanade Maison du lac... Nous vous présentons l'un d'entre eux qui illustre le mieux l'intention...
Un scénario pour accueil de 500 personnes du public
Ce dossier d'intention devrait être rédigé incessamment pour être soumis aux services administratifs de l'état (RNR, DDT, DREAL, DRAC, ABF...etc ) afin de recueillir leurs avis de faisabilité. 
En effet, nous avons convenu ce processus... préalable à d'autres qui pourraient lui succéder.... 


dimanche 6 mars 2016

VESTIGES LACUSTRES : PAS VUS, PAS PRIS ???

Notre demande adressée à la DRAC en novembre (LIREn'a toujours pas été gratifiée de réponse...

Les intolérables atteintes à la zone de palafittes, constatées lors des dernières manipulations du bassin des Championnats du monde d'aviron, semblent trouver grâce, auprès de ses protecteurs eux-mêmes.
Un courrier circulant de l'autorité responsable (DRAC) est édifiant... LISEZ ! 
Il reconnaît, en fait, que les câbles ont bien été tirés au beau milieu des pieux palafittes, exactement comme nos vidéos l'ont mémorisé lors du montage bassin (VOIR) et lors du démontage (VOIR).

Où qu'y sont ?
Selon le courrier, un agent scrutateur posté sur le bateau tracteur, se serait assuré que les câbles passaient entre les pieux...
Et bien, nos vidéos sont, alors, encore plus édifiantes. Elles démontrent qu'aucune vigie n'est en poste au dessus de la zone de palafittes, alors que les câbles sont en train de défiler en profondeur. A 1,60m sous la surface, ils passent forcément au beau milieu des pieux préhistoriques. 

De toute façon, l'argumentation produite est très étrange. C'est comme si quelqu'un prenait l'autoroute à contre-sens. La police constatant qu'il n'a pas créé d'accident, il serait excusé, de ce fait. Il pourrait donc recommencer comptant sur d'autres tolérances.
Car, ce qui est grave, c'est que le cautionnement de la DRAC délivre, pour l'avenir, un "permis" de tirer les câbles dans le champs de pieux palafittes, sur le même mode, sans retenue. 
A chaque montage-démontage du bassin Ouest futur, les vestiges préhistoriques datant de 4700 ans (répertoriés UNESCO, classés monuments historiques) seront donc en grand danger. 

Rappelons notre alerte d'urgence en avril 2013, notre alerte rouge de mai 2014, notre constat d'huissier avec alerte rouge vif en juin 2014, et notre constat encore en 2015 de la même chose ! Le sérieux du problème n'a toujours pas été saisi à la hauteur du devoir. 
Alors, il semble bien que des intérêts "supérieurs" rendent la protection de ce site inopportune... même pour ceux dont la préservation du patrimoine historique est la prérogative.

Ne resterait-il que la justice pour faire cesser ce massacre ?

vendredi 4 mars 2016

BOULIMIQUE CONVOITISE

Loi littoral ou loi Montagne, oui, elle compte.

La COUR D'APPEL de LYON donne raison aux associations qui tentent de préserver les rives boisées à Annecy...
VOIR l'article du DAUPHINE.FR