infos

Ce collectif réunit les sympathisants et associations qui souhaitent la préservation, la restauration des sites et le retour au lac naturel, après la compétition du championnat du monde d'aviron de 2015.
Pourquoi faire un don ? Toutes les explications sur notre page spéciale ICI

Retenez notre adresse : www.soslac.com

lundi 22 août 2016

PONTONS SUR TURPIDES BAS FONDS

Beaucoup d'entre vous ne savent toujours pas que le Championnat de monde d'aviron de 2015 a pérennisé de multiples installations dans le lac.
Car la rumeur, largement répandue par les organisateurs, a un peu trop laissé dans l'imagination collective que tous les pontons allaient être démontés.
Ce n'est pas la réalité.

Aujourd'hui, nous vous parlerons, donc, des pontons d'ancrage des 11 câbles, côté Ouest du lac, construits pour le nouveau (et second) bassin d'aviron du Lac d'Aiguebelette.
  1. EMPLACEMENT N°1 : Agrandissement du ponton appartenant à l'hôtel Novalaise-plage  : Décision unilatéralement prise, sans expropriation pourtant, et sans même avoir averti la propriétaire de l'édifice originel, celui-ci devenant otage en vue des caprices sportifs. Cette extension de plus de 110m2 a été réalisée en 2014 sans permis de construire, en zone protégée inconstructible, sur parcelle PLU classée Np. Le ponton de 56m d'origine, a été allongé de 17m et 6 jetées transversales ont été ajoutées.
  2. Ponton principal agrandissement
  3. EMPLACEMENT  N°2 : 3 appontements secondaires construits au Nord de la plage de Pré-argent de Novalaise et au Sud de l'hôtel. Plus de 35m2 réalisés sans permis de construire, en zone  protégée inconstructible, sur parcelle PLU classée Np. 
Pontons secondaires : constructions
Tous ces pontons ont été édifiés en dur sur base de fondations profondes (pieux de 6m battus pour être plantés par des engins). Les pontons solidement bâtis ne peuvent être qualifiés de légers.

Il faut savoir que ces travaux ont été mis en place sans que les maires n'aient été sollicités pour des obtentions d'autorisations d'urbanisme. Rien n'a été déposé en mairies. Et pour cause... car elles n'auraient pas pu être accordées.
Les affichages légaux sur les lieux de chantier n'ont pas été faits. Des barrières ont été installées sans explications pour le public.

Ce que nous avons fait
Nous avons d'abord tenté de faire établir un constat par la gendarmerie, puis par les Maires de Nances et de Novalaise, mentionnant les défauts des procédures d'urbanisme et les illégalités des chantiers (lettres recommandées).
Chacune des instances contactées a manifestement manqué à son devoir : soit en refusant de recevoir notre plainte, soit en niant ce défaut d'autorisation, soit en ne répondant pas... Fermer les yeux semblait donc le mot d'ordre du moment. 

Dès lors, le collectif a donc mis en place une action radicale : faire constater ces manquements et la réalité des chantiers lancés sans autorisation, au moyen d'un constat d'huissier. 
Nous avons donc pu, et dû, saisir le Procureur du Tribunal en lui adressant notre plainte directement avec dossier complet expliquant les faits.
Depuis lors, le juge nous a convoqué pour nous entendre. Il s'est saisi du dossier jugé recevable et la plainte a été commuée en procès.  
Le procès est en cours d'instruction au Tribunal de Grande Instance de Chambéry. 

dimanche 7 août 2016

CABANE FORTIFIÉE. OBJET INANIMÉ...SANS ÂME

La cabane que les maîtres d'ouvrage ont fait passer pour légère....On vous en dit plus. 

Vous naviguez, paddlelez, croisièrez... alors vous côtoyez, au milieu de la côte sauvage et boisée Est, une zone devenue aseptisée (mais aussi contaminée lors des travaux par l'importation de Renouée du Japon), défrichée à tort, qui a vu en 2014 la construction de cette cabane perchée sur un plateau de béton grassement enroché. 
Une vraie forteresse ! 
quelques étapes dégradant la côte d'Aiguebelette-le-lac
C'est quoi cette cabane ? Et bien, une dépense fort inutile de vos impôts, bien sûr. 
Il s'agit d'une cabane dite de l'aligneur, lequel arbitre, a la fonction de contrôler les alignements des avirons pour les départs de compétition. Bâtisse richement équipée de câblage informatique, audio, vidéo, en lien à la tour de l'arrivée dont nous vous avons déjà parlé - VOIR

Cette édifice a été fait en zone protégée strictement interdite de construction nouvelle.  Les élu(e)s l'ont autorisée en fermant les yeux, les oreilles, "oubliant" leur rôle de gardiens des lois et règlements. Cela s'appelle d'ailleurs "abus de pouvoir". Les mêmes ont souvent l'indécence de s'indigner lorsqu'ils se trouvent poursuivis ensuite en justice par les associations, qui, elles, font leur travail avec conscience...
Humilité ?
Ah bon, pourquoi !...
Bref !

  • Le PLU d'Aiguebelette-le-lac classe toute la côte sauvage en Zone Naturelle protégée (Np) inconstructible en dur. C'est pourtant le cas de ce qui a été permis : Enrochements 315 tonnes, bétonnage 2,4 tonnes... On n'est plus dans le léger de quelques planches de bois tolérées.
  • Le défrichement a été "sauvage", c'est à dire opéré sans que les demandes d'autorisation légales n'aient été faites. La zone de boisement, protégé par le code forestier, a été violée, en évidente préméditation. L'action interdite par la loi met tout le monde devant le fait accompli. Puis on "régularise" les actes administratifs ôtant ainsi toute possibilité d'entrave au projet.  Ce fut la stratégie choisie.
  • Les arbres immergés sur la zone lacustre constituaient des frayères naturelles pour la reproduction piscicole. Ils ont été extirpés sans autorisation légale : action absolument interdite.
    Une opération réalisée sur la parcelle, propriété d'à côté, voisine classée Réserve Naturelle Régionale.
Il semble bien que les interdits ne valent que pour les particuliers.

Les TRIBUNAUX ont été saisis en temps et en heure. Les procès sont en cours d'instruction. Grâce aux associations, aux particuliers,  requérants, et aux donateurs qui oeuvrent tous pour la protection du lac d'Aiguebelette. L'espoir d'une justice en faveur d'une noble cause se poursuit.  





mercredi 27 juillet 2016

OSTENTATOIRE, ATTENTATOIRE, RÉDHIBITOIRE !

Beau ou moche, c'est selon !  Selon quoi ?... Ben, Selon !
Alors, la vraie question à se poser n'est pas celle de son esthétique, en fait, mais plutôt celle de sa pertinence et de ce qu'elle fait là, à cet endroit.
Ce "gros cube", architecturé à grand prix, intellectualisé afin de lui inventer un sens moral lié à la culture locale, cultualisé pour ceux qui y voient l'érection de la Mecque d'un sport à Aiguebelette, a surgi de terre grâce à des contournements de lois et de règlements...

Vous qui fréquentez la plage de pré argent de Novalaise, côté Ouest du lac, vous côtoierez inévitablement ce haut bâtiment, aussi incongru, sur une plage, qu'incompréhensible.
C'est quoi ce truc ?... Une "cabine" de chronométrage pour grandes compétitions d'aviron.

1 seule compétition existera en 2016 = 2 jours d'utilisation. 
Inutile ? Evidemment.
Envahissante ? Evidemment.
Coûteuse ? Evidemment.
Cet immeuble a coûté 500 000 € environ à votre porte-monnaie de contribuable. 
Inutile construction, elle a été ancrée en béton et en dur pour satisfaire les caprices ostentatoires des instances sportives internationales d'aviron (FISA) obtenant une naïve obéissance des organisateurs des championnats du monde de 2015.
Car, une tour de chronométrage éphémère aurait largement suffi pour 5 jours d'évènement, et aurait rendu un espace intact aux baigneurs avec sa plage et son environnement naturel, bien commun, durable, précieux, cohérent. 

Notre collectif l'avait proposé, scandé, manifesté, mais les élus, neurones activés en mode "OFF", imposèrent avec force plusieurs édifices permanents soi-disant indispensables, au mépris du territoire. 
Mais notre action et sa probité pourraient encore être reconnues par le Tribunal Administratif qui jugera bientôt des illégalités que nous avons repérées lors du kidnapping opéré sur cette plage : 
  • Construction dans les 300m du lac, interdits (zone naturelle protégée loi Montagne),
  • Affouillements dans les 300m du lac, interdits (zone naturelle protégée loi Montagne),
  • Travaux interdits dans le périmètre rapproché du captage d'eau potable,
  • Fondations ayant impacté la nappe phréatique en périmètre protégé,
  • Etude d'impact présentant des arguments irréels ou non réalisés,
  • Etude d'impact présentant des allégations conduisant à une désinformation publique,
  • ...
Championnats ou non, l'action du COLLECTIF SOS LAC D'AIGUEBELETTE a toujours clairement ciblé une opposition aux constructions illicites d'aviron et leur incompatibilité avec les autres usages, la nature, le patrimoine du lac. 
LE COMBAT NE S'EST PAS TERMINÉ AVEC LE MONDIAL 2015, IL CONTINUE,  NOTAMMENT, AUX TRIBUNAUX.

mardi 5 juillet 2016

NOUVEAU RÈGLEMENT DES USAGES DU LAC...

On attendait la soupe, elle vient tout juste de gratiner.
Aux petits oignons....
Régate bassin ouest élargi
Assaisonné spécialement pour les besoins des 2 bassins d'aviron et pour élargir encore plus les prérogatives de cet usage là, particulièrement bien servi, le règlement entérine et accepte, de fait, les illicites constructions....

Par rapport au système précédent :
Tout le monde y perd sauf.... l'aviron. Bien sûr ! 
Plus d'espace, plus de place, plus de jours, plus de priorité, toujours autant de bateaux à moteur thermique.... lent grignotage continu par et pour la grande "espèce protégée" du Lac d'Aiguebelette, sans cesse plus exigeante.

Notez, néanmoins, que des points encore plus pénalisants ont dû être retirés grâce aux contestations des discussions : comme l'augmentation des rameurs autorisés, l'allongement du bassin Est, les protections occultées des périodes de Naïades, l'interdiction de lestage de barques, les restrictions de zones de mouillage, l'augmentation des moteurs thermiques, etc...

dimanche 12 juin 2016

MUSEE LAC & NATURE EN GOGUETTE

L'association FAPLA (Fédé asso protection Lac Aiguebelette) a patiemment, depuis les années 80, constitué une collection précieuse, riche de dons de ses adhérents et de recherches de terrain. Petit musée associatif mais grand par son contenu, il ouvre au public son patrimoine archéologique, géologique, animalier, halieutique... chaque année en saison touristique et sur rendez-vous hors saison. 
2016, année funeste : le musée doit quitter son hébergement de près de 30 ans à Lépin-le-lac. Celui-ci venait d'être rénové il y a 3 ans, à grand frais et magnifique travail des bénévoles, pour offrir une belle mise en valeur des collections.
D'imagination diverse en projets impossibles afin de ne pas remiser ces richesses, l'association s'est pourtant trouvée, à l'aube de sa sortie programmée pour fin juin, sans lieu, avec pour seule solution, la mise en caisses à disperser chez les adhérents. 
La collectivité locale perdant un pôle pédagogique et touristique important, s'en est émue. Une commission est alors née en CCLA. 

Aujourd'hui, une solution provisoire est en cours de mise en place, en attendant d'autres perspectives d'avenir plus durables.

Bientôt à Bouvent, route des plages.
Le MUSÉE LAC & NATURE va s'installer au bord du lac, à Bouvent, dans les locaux de l'ancienne "Boîte à Musiques" bientôt propriété de la commune de Novalaise.
La CCLA prête renfort au fragile déménagement que les bénévoles gèrent avec dévouement.
Le partenariat avec les collectivités s'écrit donc d'une page nouvelle. Quant à la participation active du Département pour faciliter la recherche de solution, elle se doit d'être soulignée comme positive.

Le Collectif se prendrait presque à imaginer que l'intérêt pour les vestiges archéologiques et la préservation du patrimoine environnemental se serait enfin éveillé...(humour !).

Le MUSEE, le vrai, ouvrira ses nouvelles portes le 14 juillet prochain, route des plages, en face de... la base d'aviron.
N'oubliez pas ! l'association FAPLA oeuvre pour la préservation du lac et vous accueille en visite pour vous aider à mieux le connaître. 

mercredi 8 juin 2016

A LA PÊCHE ! TOUT DIMANCHE EN FÊTE

L'AAPPMA AIGUEBELETTE vous attendra pour sa journée traditionnelle de découverte, de convivialité, de vente de matériel.... ce dimanche.
Toutes les réponses à vos questions sur le lac et ses secrets halieutiques vous seront données. 

Avec l'accueil sur le site magique de la Maison Ronde de Lépin-le-lac, passez un bon moment en dégustant les douceurs sucrées. 
N'oubliez pas que l'association oeuvre pour la gestion du lac et de sa faune. Participez !


dimanche 5 juin 2016

UN SAMEDI EN AG FRAPNA SAVOIE

Ce Samedi 4 juin la FRAPNA SAVOIE a réuni ses adhérents, des élus locaux, des personnalités responsables associatifs ou d'organisations oeuvrant pour l'environnement. 

Le Collectif SOS LAC D'AIGUEBELETTE était invité pour y présenter le combat mené depuis 4 années. 
En détaillant les dégradations subies par le Lac d'Aiguebelette, pour les raisons avironnesques que vous connaissez, expliquant les irrégularités des constructions, montrant les motivations des recours juridiques, les objectifs des discussions menées et les intérêts multiples d'une action collective constructive, nous avons recueilli bien au delà de la vive attention. 

Les encouragements se sont largement manifestés lors des échanges avec la confirmation du soutien actif de nos partenaires de la FRAPNA Savoie. www.frapna-savoie.org

N'oubliez pas de soutenir les associations ! Elles portent le lourd poids du juridique pour le lac. 

vendredi 20 mai 2016

LA GRANGE INUTILE SUR "ON"(*) PENDANT 2 JOURS EN 2016.

Mai 2016 - Régate de Savoie au bord de la plage de pré argent
La Régate de Savoie a eu lieu ce début MAI. 
Ce sera la seule compétition de l'année 2016 autorisée sur le bassin OUEST. 
OUF !
10 jours de bassin monté en travers du lac, avec ses entraves, les difficultés de passages, sont déjà de trop. 
Ce système de bassin traversant était prévu dès 2009, pour toutes les compétitions, les stages et entraînements...
Cela aurait pu représenter 
100 à 120 JOURS de handicap, 
essentiellement entre Mars à Juin et Septembre à Octobre.
Alors, n'oubliez pas, surtout : Ce sont bien les associations, les habitants, les usagers, les donateurs, hautement mobilisés, qui ont fait un travail impressionnant de "sauvetage" du lac, d'un rapt travesti, alors, en mariage consenti.
Ils ont refusé, aussi, par la même occasion, que les édiles s'octroient le privilège de décider, par le jeu du pouvoir, d'un projet dégradant et inutilement définitif ou ne valant que quelques photos de médailles à passer dans le journal local.
Les élus ont eu le tort "d'oublier" que l'intérêt commun n'était pas là où ils ont tenté de le faire croire à coup de gros budgets de communication.

Le plan a, bien sûr, été apprécié par les habitués de téléréalité people qui y ont vu ce qui a été un pur reflet de conte médiatique éphémère. Dérisoire et très onéreux feu de paille.

Ceux qui révèrent ce terroir, sans paillettes, n'ont pas été dupes.

Mais attention ! Ne perdons pas de vue que la cupidité reste un point trop facile à remettre sur "ON" (*) car la convoitise du territoire est toujours latente, pour les mêmes objectifs, ou pour d'autres.
Alors, rejoignez les mouvements associatifs !

EN COURS :
Le Tribunal Administratif de Grenoble est encore saisi pour 5 recours.
Le Tribunal de Grande Instance de Chambéry est saisi pour 2 recours + 1 plainte.
On continue.

PS. La grange/tour sera donc en mode "OFF" (**) inutile pendant 364 Jours en 2016. 
(*) "OUVERT" ou "MARCHE"
(**) "FERMÉ" ou "ARRÊT"

jeudi 5 mai 2016

IL SUFFIRAIT D'UN PEU DE RESPECT... EN PERIODE DE NICHÉES

A force de le signaler sans être pris au sérieux, et d'entendre rétorquer que cela n'est pas contrôlable... (ce qui, d'ailleurs, revient à dire que le règlement du lac n'a pas de sens réel, sauf pour d'autres catégories d'usagers.), nous avons décidé de faire un peu de calcul à l'occasion du montage du bassin Ouest pour la Régate de Savoie.

Parcourir 550m en 43 secondes...ça fait une vitesse de combien ?  46km/h.
Les câbles étant soutenus par des bouées espacées de 12m, les distances sont faciles à compter. Les vitesses oscillent souvent entre 35 et 45 km/h en toute impunité. 
Les vagues dans les roselières, les nichées de printemps, la RNR....alors on s'en fout ?

Cette désinvolture que tout le monde connaît, on peut y assister à longueur d'année, mais...CHUT !!!

mercredi 27 avril 2016

APRÈS L'AUDIENCE, LE VERDICT

Le voilà ce jugement de la Cour d'Appel Administrative de Lyon.
LIRE
En rejettant les appels (celui de notre collectif comme celui du Département),  il confirme la validité intégrale du jugement de 1ère instance du Tribunal Administratif de Grenoble gagné en 2014 par le collectif des associations et particuliers.

Il n'y a donc pas de doute. Le bassin d'aviron Ouest sur le Lac d'Aiguebelette n'aurait jamais dû être construit de cette manière, à cette place là.

En 2013 et 2014, les élus qui ont voté et signé les yeux fermés (en dépit de nos alertes), ainsi que le public, ont cru à la véracité de l'étude d'impact.
Ils ont tous été mal informés, mal dirigés, mal orientés..

Parallèlement, les arrêtés nouveaux de 2015, pris pour "régularisation", sont attaqués également par le collectif au Tribunal Administratif de Grenoble, pour faire valoir toutes les lois de protection du lac....sur lesquelles les juges ne se sont pas encore prononcés..

Par ailleurs, il est néanmoins toujours temps de remédier aux dégâts, de stopper les risques et de sécuriser la nature, le patrimoine, et les usagers... Nous défendons déjà des solutions de bon sens !

vendredi 15 avril 2016

2ème JOUR DE MANOEUVRE INCENDIE À AIGUEBELETTE

Aujourd'hui, nouvelle expérience canadair.
L'écopage avec relargage immédiat a été réalisé, comme hier, mais au Nord du lac. 
La sécurité civile en dépend, en cas d'incendie sur Rhône-Alpes. Les 3 lacs Annecy, Le Bourget, Aiguebelette sont les 3 sites d'écopage répertoriés par l'aviation spécialisée dans le secteur, pour des prélèvements d'eau.

Notre association remarque que le nouveau bassin d'aviron créé pour les Championnats du monde 2015 montre une incompatibilité de plus avec ce service public prioritaire. 
En effet, son positionnement en travers du lac mêlant des câbles, des bouées, des plateformes, pile sur cette zone d'écopage gênerait gravement les opérations.
Vérification sur photos... VOIR ci dessous.

jeudi 14 avril 2016

ECOPAGE EN RÉSERVE

Aujourd'hui, les canadairs ont fait quelques rotations pour tester l'écopage sur le lac, lieu répertorié en cas d'incendie sur le secteur.
Il s'agissait vraisemblablement de simulation puisque les écopages étaient relâchés immédiatement au dessus du lac.
Le lac bien fréquenté en ce jour de beau temps, il se peut que quelques embarcations aient pris la pluie tombée des avions ?

Et d'ailleurs, dans le cas de présence du bassin d'aviron Ouest en travers du lac, quel danger pourrait-il présenter pour les avions ?
Nous n'avons rien lu à ce sujet là sur l'étude d'impact.

mercredi 6 avril 2016

L'AUDIENCE A EU LIEU MARDI MATIN

Nous avons assisté à l'audience de la cour administrative d'appel de Lyon ce 5 avril, avec quelques militants.

Le rapporteur public a livré l'analyse de l'instruction. 
Il a requis l'annulation de la déclaration de projet entraînant l'invalidation des autres arrêtés l'ayant suivis, notamment pour raison d'étude d'impact insuffisante n'ayant pas permis l'information complète, ni du public, ni des autorités décisionnelles. 
Il demandait ainsi que soit confirmé le jugement de 1ère instance du 24 juin 2014.

Le délibéré est maintenant en cours.
Le jugement devrait intervenir dans 2 ou 3 semaines. 


vendredi 1 avril 2016

ON S'APPEL... ??? ALLO QUOI ?

Plus sérieusement...
Non, ce n'est pas une histoire de téléphone, mais une histoire de tribunal...
Car l'appel du jugement de 2014 va se tenir cette prochaine semaine....

La COUR ADMINISTRATIVE D'APPEL DE LYON programme son audience pour MARDI 5 AVRIL 2016 à 9:00.

Audience publique, qui va voir se produire les plaidoiries des avocats et l'analyse du Rapporteur public qui fera le bilan de l'instruction de ce dossier très complexe. Il proposera aux juges une orientation pour le jugement qu'ils devront prononcer.

Notre collectif suivra ce moment au côté des requérants associatifs et particuliers qui se sont engagés pour le lac d'Aiguebelette.
Qu'ils en soient déjà remerciés tout comme vous, donateurs nombreux, qui permettez cette défense de l'environnement, du patrimoine, et des usagers... 

samedi 26 mars 2016

LE PRINTEMPS D'AIGUEBELETTE ???? !!!!

Le 12 janvier dernier, nous vous informions des suggestions précises que nous allions discuter avec les services du Département le 18 suivant. REVOIR le POST
Nous avions déjà abordé nos propositions lors de la rencontre précédente le 5 novembre 2015.
Reconnaissez que nous avons de la suite dans les idées, puisque nous avons émis des hypothèses d'aménagement en zone d'arrivée Est dès 2012, nous plaignant, d'ailleurs, que ces alternatives là, n'aient pas fait partie d'étude sérieuse lors de l'enquête publique de 2013. 
A l'époque, cela laissait penser que ce fut volontairement écarté pour ne promouvoir que le projet de bassin Ouest présenté comme merveilleux. Vous trouverez les traces de l'histoire en fouillant sur notre site internet.

Nous défendons depuis lors, l'intérêt du retour au bassin Est intégral pour plein de raisons, toutes très justifiées, car la tenue des championnats aurait pu se faire sur un bassin Ouest éphémère. 
proposition d'accroches câbles sur pontons amovibles 
Ce 21 mars, lors de notre rencontre tripartite, nous avons donc conceptualisé un peu plus encore ce projet : sortir 6 tourets du marais pour les exporter sur des pontons amovibles à bloquer sur 3 pieux lacustres.
Il s'agirait de remettre en service toutes les lignes d'eau (10) tout en améliorant encore le dispositif que le Département a conservé pour les 4 lignes d'eau actuelles qui laissent le marais partiellement occupé.
VOIR image ci-contre. Ce scénario est crédible et techniquement réalisable.
Le bassin serait en compatibilité totale avec toutes les activités aviron et doté d'une intégration plus douce à l'environnement et au patrimoine.

Ce schéma sera donc inclus à un "dossier d'intention" pour lequel nous cheminons avec les services techniques du Département et la CCLA. 

D'autres scénarios seront inclus concernant des plateformes ou tribunes potentiellement placées en bas de la route Est et sur l'esplanade Maison du lac... Nous vous présentons l'un d'entre eux qui illustre le mieux l'intention...
Un scénario pour accueil de 500 personnes du public
Ce dossier d'intention devrait être rédigé incessamment pour être soumis aux services administratifs de l'état (RNR, DDT, DREAL, DRAC, ABF...etc ) afin de recueillir leurs avis de faisabilité. 
En effet, nous avons convenu ce processus... préalable à d'autres qui pourraient lui succéder.... 


dimanche 6 mars 2016

VESTIGES LACUSTRES : PAS VUS, PAS PRIS ???

Notre demande adressée à la DRAC en novembre (LIREn'a toujours pas été gratifiée de réponse...

Les intolérables atteintes à la zone de palafittes, constatées lors des dernières manipulations du bassin des Championnats du monde d'aviron, semblent trouver grâce, auprès de ses protecteurs eux-mêmes.
Un courrier circulant de l'autorité responsable (DRAC) est édifiant... LISEZ ! 
Il reconnaît, en fait, que les câbles ont bien été tirés au beau milieu des pieux palafittes, exactement comme nos vidéos l'ont mémorisé lors du montage bassin (VOIR) et lors du démontage (VOIR).

Où qu'y sont ?
Selon le courrier, un agent scrutateur posté sur le bateau tracteur, se serait assuré que les câbles passaient entre les pieux...
Et bien, nos vidéos sont, alors, encore plus édifiantes. Elles démontrent qu'aucune vigie n'est en poste au dessus de la zone de palafittes, alors que les câbles sont en train de défiler en profondeur. A 1,60m sous la surface, ils passent forcément au beau milieu des pieux préhistoriques. 

De toute façon, l'argumentation produite est très étrange. C'est comme si quelqu'un prenait l'autoroute à contre-sens. La police constatant qu'il n'a pas créé d'accident, il serait excusé, de ce fait. Il pourrait donc recommencer comptant sur d'autres tolérances.
Car, ce qui est grave, c'est que le cautionnement de la DRAC délivre, pour l'avenir, un "permis" de tirer les câbles dans le champs de pieux palafittes, sur le même mode, sans retenue. 
A chaque montage-démontage du bassin Ouest futur, les vestiges préhistoriques datant de 4700 ans (répertoriés UNESCO, classés monuments historiques) seront donc en grand danger. 

Rappelons notre alerte d'urgence en avril 2013, notre alerte rouge de mai 2014, notre constat d'huissier avec alerte rouge vif en juin 2014, et notre constat encore en 2015 de la même chose ! Le sérieux du problème n'a toujours pas été saisi à la hauteur du devoir. 
Alors, il semble bien que des intérêts "supérieurs" rendent la protection de ce site inopportune... même pour ceux dont la préservation du patrimoine historique est la prérogative.

Ne resterait-il que la justice pour faire cesser ce massacre ?